Namur, 8 octobre 1983

Congres du Rassemblement wallon.

Intervention de Jean-louis Xhonneux, secrétaire général de l'Action fouronnaise

 

J'ai le plaisir de vous adresser la parole au nom de l'Action fouronnaise. Vous savez que ce mouvement est une association sans but lucratif regroupant les fouronnais, et leurs amis, de toutes opinions philosophiques, politiques et religieuses. Malgré les apparences,notre mouvement n'a aucune intention de se laisser assimiler par l’un ou l'autre parti politique. Nous voulons que l’Action fouronnaise reste un mouvement pluraliste, sans chercher nécessaire­ment à obtenir, à l’intérieur de notre mouvement, une représentation équili­brée pesée avec une balance d'apothicaire. Le seul critère que nous retenons est la volonté de satisfaire nos revendications légitimes.

C'est notamment pour cela que l'Action fouronnaise est heureuse d'être repré­sentée ici aujourd'hui : nous n'oublions pas, en effet, que nous avons déjà eu l'occasion de voir la plupart d'entre vous très souvent à Fourons, à diverses occasions.

Ce n'est pas parce que d'autres, qui sont actuellement dans l'opposition au Parlement, viennent un peu plus souvent dans notre région maintenant, que nous oublions ce que les dirigeants et les militants du Rassemblement wallon ont fait pour nous.

Nous n'oublions pas le temps où l'on nous reprochait volontiers de faire uniquement la propagande de Charlie Talbot, Pierre Bertrand,  Paul-Henri Gendebien, etc. Il était normal que nous appuyions à l'époque ces parlementaires parce que, eux seuls, ils se montraient dans les Fourons aux côtés de quelques autres amis.

Nous n'avons cessé de demander l'appui de tous les wallons, aussi bien les représentants des partis traditionnels que les autres.

On a peut-être cru que notre but était atteint lorsque certains se sont aussi intéressés à notre sort, mais c'est insuffisant.

Les partis traditionnels ont besoin d'un parti comme le vôtre pour leur rappeler continuellement des revendications comme les nôtres, surtout lorsqu'ils sont associés au pouvoir.

La législation belge nous isole de plus en plus. La mise en place des administrations régionales se fait en notre désavantage, mais cela se fait surtout très sournoisement.

Les récents arrêts de la Chambre flamande du Conseil d’État et leur exploitation diabolique par le Gouverneur du Limbourg aggravent notre situation.

Nous avons heureusement des amis à la Chambre, au Conseil régional, au Conseil culturel et au Parlement européen. Je salue avec plaisir la proposition de la loi déposée par le Rassemblement wallon pour permettre aux électeurs fouronnais de voter pour des candidats francophones aux européennes.

Cette proposition deviendra probablement un projet d'amendement au projet gouverne­mental, mais elle permettra à tous les amis parlementaires wallons, de tous les partis, de montrer leurs convictions dans le débat qui s'ouvrira nécessairement à ce sujet.

Je répète donc qu'il n'est pas nécessaire d'être grand pour montrer la bonne voie, la foi suffit, et l'exemple de votre attachement au combat fouronnais le prouve à suffisance.

Retour à la page "interventions et articles".

© jlx@wallon.net  - Dernière modification le 24/12/2005