Les Fourons à Strasbourg (La Cité, 22 mai 1984)

 

Une délégation officielle de l'Exécutif de la Communauté française a participé mardi et mercredi à une audition publique de la Conférence permanente des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe à Strasbourg. Jean-Louis Xhonneux en faisait partie pour représenter les Fourons. La délégation était conduite par Pierre Legros, président des mandataires communaux francophones de la périphérie de Bruxelles, et elle comprenait en outre le député Georges Clerfayt, Dominique Capart et Eric Poswick, conseillers communaux des différents partis de la périphérie.

Cette audition regroupait plus de deux cents participants venant d'une vingtaine de pays dif­férents et représentant des lan­gues régionales et minoritaires, telles que l'auvergnat, le breton, le catalan, le rhéto-romanche, le frison et même le wallon.

La séance se déroulait dans l'hémicycle du Palais de l'Euro­pe où siègent normalement les parlementaires du Conseil de l'Europe et où se tiennent les sessions du Parlement européen.

Jean-Louis Xhonneux y a fait la déclaration suivante à l'occa­sion de la discussion du thème «Relations avec l'administration - Participation à la vie publique»

«Les Fourons ne sont qu'une commune de 4.200 habitants occupant environ 5.400 ha coincés entre la frontière du Limbourg hollandais et la province de Liège.

«A la suite d'un marchandage féodal, notre région a été détachée en 1963 de la province de Liège au profit de la province flamande du Limbourg contre la volonté clairement exprimée de la population. L'évolution récente de la Belgique régionalisée et communautarisée nous isole de plus en plus en Flandre, alors que nous sommes en réalité entièrement tournés vers la province de Liège.

« Les médias ont donné des Fourons l'image d'une région où règne régulièrement la violence. Bien que cette information ait contribué à diffuser l'existence de problèmes liés à la fixation de la frontière linguistique en Belgique, je dois la rectifier en vous précisant que nous ne connaissons que rarement la violence physique, mais que nous subissons une pression morale permanente.

«Malgré beaucoup de difficul­tés, nous parvenons à dévelop­per un enseignement maternel et primaire en langue française et à maintenir en activités plu­sieurs groupements culturels de langue française. Nous sommes en effet censés jouir de facilités accordées à la minorité franco­phone Or, tous les scrutins qui se sont succédé depuis 1983 ont démontré que les francophones sont en réalité majoritaires. Nous occupons 10 sièges sur 15 au Conseil communal et ce sont très paradoxalement nos droits politiques qui sont les plus menacés.

Abstentions aux élections européennes

«Une disposition de la loi droits politiques des citoyens. électorale européenne adoptée récemment par le Parlement belge interdit à un francophone de se présenter sur une liste du collège électoral flamand. On nous force en quelque sorte à, voter pour nos adversaires.

« Voilà pourquoi nous nous abstiendrons le 17 juin prochain malgré notre intérêt pour l'Europe.

«L évolution de la jurispru­dence du Conseil d'État nous fait craindre la généralisation de la discrimination linguistique in­troduite dans la loi électorale européenne.

«Les autorités flamandes s’acharnent contre nos élus sous le prétexte qu'ils ne connaissent pas le néerlandais. Notre bourgmestre, José Happart, a été déchu pour cette raison par la députation permanente du Limbourg et il ne doit provisoirement son maintien en fonction qu'à un recours devant une Chambre flamande du Con­seil d'État .

«Cette même Chambre du Conseil d État a déjà précisé que les élus doivent se soumettre à un examen linguistique et que ce qu'ils diront, au Conseil communal dans une autre tan­gue que le néerlandais sera sans suite juridique. Ces deux exemples suffisent pour vous démontrer le peu de confiance que la Chambre flamande du Conseil d'État nous inspire.

«C'est donc avec espoir que nous nous tournons vers la Conférence permanente des pouvoirs locaux pour que les droits politiques des  francophones des Fourons soient garantis. »

Retour à la page "interventions et articles".

© jlx@wallon.net  - Dernière modification le 24/12/2005